Non classé

Les sapotes, les connaissez-vous vraiment ?

Categories:
arbre_sapote

Dans ce nouvel article, partons à la découverte du monde des sapotes. Vous allez être surpris par sa grande diversité ! Pour ce voyage, la pépinière Latitude Fruitière vous emmène d’abord faire un tour en Amérique Centrale, à l’époque des Aztèques, puis nous vous ferons découvrir les espèces que vous pouvez retrouver sous nos latitudes réunionnaises.

Origine historique et culturelle des sapotes

panier_sapotes En langage nahuatl, le mot « sapote » est utilisé par les Aztèques pour désigner un « fruit à chair tendre et au goût sucré ». Ce terme générique, sans lien direct avec une classification botanique, se réfère en fait à des fruits appréciés pour leur douceur.

Les sapotes indiquent donc plutôt une origine culturelle et un héritage de la diversité fruitière de l’Amérique centrale. Historiquement, elles étaient hautement valorisées pour leur saveur et leur valeur nutritionnelle, intégrant les cultures alimentaires des civilisations précolombiennes.

Des appartenances botaniques différentes, une diversité de goûts et de textures

Nous retrouvons donc un grand nombre d’espèces sous l’appellation « sapote ». La bonne nouvelle : elles sont toutes acclimatées et donc cultivables sur nos terres réunionnaises !

Beaucoup d’entre elles appartiennent à la famille des Sapotaceae : 

  • Canistel : Ce fruit se distingue par sa chair dense, de couleur jaune intense et sa texture rappelant celle du jaune d’œuf cuit, mais à la saveur très douce.
  • Sapotille : Petit fruit à la peau rugueuse et à la chair juteuse, sucrée et de couleur brune orangée, qui se distingue par son goût unique de « poire au caramel ».
  • Sapote Chulul (sapote verte) : Avec sa chair rose orangée et sa texture de flan, elle est très appréciée fraîche pour sa saveur de caramel.
  • Sapote Mamey : Le mamey est le plus gros des fruits de la famille des sapotes, reconnu pour sa chair rougeâtre, sa texture moelleuse et sa saveur excellente, qui en font un favori pour les sorbets, les milk-shakes, les smoothies et même les gâteaux.

Par contre, la sapote blanche appartient à la famille des Rutaceae, c’est-à-dire à la famille des agrumes. Rare et précieuse, la sapote blanche offre une chair onctueuse, aux notes vanillées et caramélisées.

Enfin, la sapote noire appartient à la famille botanique des Ebenaceae, tout comme le kaki. Connue localement sous le nom de « caca poule », cette variété est réputée pour sa chair dense et riche, souvent utilisée dans la fabrication de confitures et de desserts.

sapote-blanche

Sapote blanche

Pour conclure, on constate parmi les sapotes une grande diversité de fruits : de ceux juteux à ceux à la chair dense, mais ils ont en commun cette saveur sucrée tant appréciée. Ces fruits ont tous leurs spécificités en termes nutritionnels et de bienfaits pour notre alimentation, avec des saveurs qui leur sont propres.

Enfin, parmi ces sapotes, nous retrouvons aussi bien des fruits lontan que des fruits d’introduction récente. Mais si vous ne deviez retenir qu’une seule chose à leur propos, c’est qu’ils se cultivent facilement à la Réunion et que vous pouvez vous en régaler toute l’année !

Rendez-vous dans votre pépinière Latitude Fruitière pour récupérer votre pied de sapote !
latitudefruitiere.fr
06.92.44.94.15

 

Qu’entend-on par « fruit rare » ?

Categories:
composition_fruits_rares

Chez Latitude Fruitière, nous sommes spécialisés dans les arbres fruitiers rares, adaptés aux différents microclimats de La Réunion. Mais savez-vous vraiment ce qu’est un “fruit rare” ?

La dénomination “fruitier rare” regroupe deux catégories d’espèces distinctes :

  • Les espèces “lontan” (d’avant)
  • Les espèces d’introduction récente

On vous explique tout dans cet article !

 

Les espèces “lontan”

Le saviez-vous ? Aucun des fruits “lontan” que nous connaissons tous n’est originaire de la Réunion… Ces fruits sont issus d’espèces exotiques qui ont toutes été introduites de diverses régions du monde (Europe, Afrique, Asie), lors des différentes vagues de peuplement de l’île par les navigateurs et par les grands botanistes.

Ces espèces font désormais partie intégrante du patrimoine réunionnais, même si elles ont été en grande partie oubliées, notamment par les jeunes générations.

On peut citer dans cette catégorie : le jamalac, la carambole, le jacque, le fruit à pain, le bilimbi, le mangoustan, etc.

 

panier_fruits_lontan

Panier de fruits lontan : carambole, mangoustan, cacao, jaboticaba…

 

Les espèces d’introduction récente

Ces espèces proviennent d’introductions, réalisées à partir des années 1970, par des particuliers et quelques horticulteurs professionnels. Elles sont encore moins connues que les fruits lontan, car certaines de ces espèces ne sont représentées sur l’île que par quelques spécimens présents dans une cour de particulier ou dans un verger. Ce sont ces espèces sous-valorisées et méconnues que nous nous attachons à faire connaître.

Quelques exemples : sapote chulul, sapote blanche, noix de macadamia, durian, etc.

Mais la grande plus-value de notre pépinière spécialisée est de réintroduire ces espèces rares sous forme sélectionnée.

 

divers-fruits_rares_la_reunion

Panier avec des fruits rares : sapote, noix de cajou, noix de macadamia, mangoustan lemon drop…

 

Latitude Fruitière réintroduit les fruits rares à la Réunion sous forme sélectionnée

Qu’est-ce que cela signifie ?

Pour des aspects pratiques évidents, les introductions étaient souvent réalisées sous forme de graines, que l’on a fait germer sur l’île. Le problème d’une multiplication par graine (multiplication sexuée) est qu’elle entraîne la plupart du temps une dégénérescence de la plante. On obtient ainsi des individus dont la qualité des fruits diminue par rapport au pied mère.

À Latitude fruitière, notre démarche a donc consisté à réintroduire un certain nombre d’espèces fruitières lontan sous la forme de variétés sélectionnées.

Ces variétés ont pu être obtenues par des travaux de sélection variétale réalisés dans les régions d’origine de ces espèces. En effet, seules ces régions possèdent le pool génétique suffisamment important pour en extirper les individus dont les fruits possèdent les caractéristiques les plus recherchées : saveur et couleur des fruits, calibre, texture de la chair, productivité, etc. Certaines variétés ont pu également être créées par des méthodes d’hybridation et de pollinisation contrôlées.

Ainsi, nous multiplions ces variétés de manière végétative ou asexuée au cas par cas en utilisant des techniques de greffage, marcottage, voire bouturage.

 

En résumé : nous diffusons des plants qui ont fait l’objet d’un minutieux travail de sélection dans leurs régions d’origine, ce qui enrichit le patrimoine fruitier de la Réunion, afin de vous permettre de cultiver “la crème de la crème” en termes de fruit !

On peut notamment citer nos variétés améliorées de jamalac, carambole, sapotille (chikoo), jacque, canistel, qui ont une qualité gustative nettement supérieure à celle des fruits que l’on retrouve couramment dans les anciennes cours réunionnaises.

 

En conclusion, chez Latitude Fruitière, vous trouverez bien plus que des “espèces lontan” !

Passez nous rencontrer à la pépinière, nous serons ravis de développer ce point avec vous et vous présenter les variétés disponibles pour enrichir votre jardin !

Notre pépinière vous accueille sur RDV.

Téléphone : 0692 44 94 15 / 0693 22 66 36

E-mail : latitudefruitiere@gmail.com

L’abiu, un délicieux fruit tropical au goût de caramel

Categories:
fruit_de_abiu_sur_arbre

 

La pépinière Latitude Fruitière vous fait découvrir dans cet article un fruit exotique venu tout droit de l’Amazonie brésilienne : l’abiu. Scientifiquement connu sous le nom de Pouteria caimito, ce fruit appartient à la famille des Sapotacées, qui compte plus de 1 000 espèces ! Parmi ces espèces, d’autres fruits comme le canistel (Pouteria campechiana) et la sapote mamey (Pouteria sapota) sont également présents dans notre pépinière. L’abiu a tout pour plaire : un fruit délicieux au goût de caramel, une fructification rapide et généreuse et une diversification fruitière réussie à la Réunion !

Caractéristiques Générales de l’Abiu

L’abiu est un fruit tropical, de forme ovale à ronde et de taille moyenne, pouvant peser entre 300 et 500 grammes.

Il est composé d’une coque à peau lisse, passant du vert au jaune citron une fois mûr, qui contient une pulpe translucide, légèrement gélatineuse, avec une saveur sucrée rappelant le caramel et la vanilleEn général, chaque fruit contient une à trois graines, mais il est plus courant de n’en trouver qu’une.

Comme tous les spécimens de la famille des sapotes, la peau du fruit produit un latex collant désagréable.

Introduction de l’Abiu à La Réunion

D’introduction récente à La Réunion (1990-2000), l’abiu s’est bien acclimaté aux conditions locales.

Bien que cette espèce préfère le littoral pour une croissance optimale, elle peut aussi être cultivée à des altitudes allant jusqu’à 650 mètres.

Dans son habitat naturel, l’abiu est une espèce à plutôt gros développement puisque l’arbre fait généralement une dizaine de mètres de hauteur, mais il peut même atteindre facilement les 20 à 25 mètres ! Cependant, en conditions cultivées, et notamment à La Réunion, il est souvent maîtrisé par une taille raisonnée à une hauteur de l’ordre de 3 à 5 mètres.

C’est donc un arbre fruitier qui peut se cultiver aisément dans des espaces restreints.

 

abiu_fruit_gout_caramel

 

Conditions de Culture de l’Abiu

L’abiu est une espèce tropicale nécessitant des conditions spécifiques pour une croissance optimale.

Voici quelques conseils pour réussir sa culture :

  • Humidité : L’abiu a besoin d’un sol drainant et d’une humidité régulière. Un système d’irrigation en goutte à goutte est idéal.
  • Protection contre le vent : En raison de sa croissance rapide et de son bois tendre, l’arbre doit être protégé des vents forts et bénéficier d’un bon tutorage pour éviter la casse des branches (notamment dans ses premières années de fructification où le poids des fruits risque de briser les jeunes branches encore fragiles).
  • Espacement : Il est recommandé de laisser un espace de 3 à 4 mètres entre chaque arbre pour permettre un bon développement.

Floraison et Fructification

Comme chez le jaboticaba ou la carambole, la floraison de l’abiu est de type caulifloreCertaines branches peuvent abriter jusqu’à 200 fleurs !

Cet arbre est capable de fleurir jusqu’à quatre fois par an, offrant une production régulière de fruits. Sa période de fructification principale s’étend de janvier à mai, avec une précocité plus marquée dans les régions basses de l’île.

Il n’est pas rare de voir des arbres en pleine charge dès leur première fructification, souvent dès la troisième année après la plantation.

 

interieur_fruit_abiu

 

Variétés et Saveurs de l’Abiu

Il existe plusieurs variétés d’abiu, chacune ayant ses propres caractéristiques.

Les fruits produits par notre pépinière sont particulièrement appréciés pour leur calibre conséquent et leur saveur exquise. Avec un goût sucré et des notes de caramel, l’abiu est un fruit grand public qui séduit par sa simplicité et sa douceur.

Il se déguste en général frais, à la petite cuillère. Certains l’apprécient après un passage au congélateur pour une consistance de crème glacée simplissime !

L’abiu a une texture unique et rafraîchissante, idéale pour les journées chaudes.

Avantages et Potentiel de l’Abiu

L’abiu possède un grand potentiel en termes de diversification fruitière. Sa mise à fruit rapide et sa grande productivité en font un choix intéressant pour les agriculteurs et les jardiniers amateurs. De plus, sa saveur délicieuse et sa texture unique ravissent les papilles du plus grand nombre d’entre nous, des enfants aux adultes.

 

En conclusion, l’abiu est un fruit tropical qui mérite d’être découvert et cultivé. Que ce soit pour sa saveur exceptionnelle, sa facilité de culture ou son potentiel de diversification, il offre de nombreux avantages pour les amateurs de fruits exotiques.

À la pépinière, nous proposons des plants d’abiu sous forme de semis issus de graines sélectionnées, garantissant une fructification rapide et abondante dès la troisième année.

 

N’hésitez pas à venir découvrir ce fruit fascinant et à enrichir votre jardin avec ce véritable trésor de l’Amazonie !
Rendez-vous dans votre pépinière Latitude Fruitière pour découvrir cette pépite !
latitudefruitiere.fr
06.92.44.94.15

 

Le Mangoustan Lemon Drop : Découvrez le fameux cousin du mangoustan !

Categories:

 

Le mangoustan Lemon Drop, également connu sous le nom de mangoustan goutte de citron, est un fruit originaire d’Amérique centrale. Il a su trouver sa place à La Réunion, où il séduit de plus en plus d’amateurs de fruits tropicaux. Partons à la découverte de ce fameux cousin du Mangoustan commun !

 

Les origines du Mangoustan Goutte de Citron et son introduction à La Réunion 

Faisant partie de la famille botanique des clusiaceae, le mangoustan Lemon Drop (de son nom scientifique Garcinia intermedia) est une espèce de mangoustanier originaire d’Amérique centrale, et plus particulièrement d’une zone allant du Sud du Mexique au Panama, en passant par l’Équateur, le Honduras et le Costa Rica. Dans ces régions, il fait l’objet de petites cultures commerciales et est un fruit de consommation courante.

À La Réunion, le mangoustan Lemon Drop a été introduit récemment, au début des années 2000. Il s’acclimate préférentiellement sur le littoral, mais peut également pousser jusqu’à une altitude de 500 à 600 mètres.

Les caractéristiques du Mangoustan Lemon Drop

Fruit Mangoustan Goutte de CitronLe mangoustan Lemon Drop se distingue par son port arbustif, ce qui le rend adapté aux emplacements restreints, aux petites cours et même à la culture en pot. Un arbre d’une dizaine d’années n’excède généralement pas 2,50 m de hauteur.

Cet arbre fructifie pendant les mois d’été, de novembre à mai à La Réunion. Contrairement au mangoustan classique, il donnera ses premiers fruits beaucoup plus rapidement, avec une mise à fruit à partir de la 4e année, alors qu’il vous faudra attendre 10 à 12 ans, voire 20 ans, pour le mangoustan classique !

Le fruit du mangoustan Lemon Drop présente une pulpe blanche, juteuse et rafraîchissante, divisée en quartiers contenant plusieurs graines, qui rappellent fortement son cousin. Sa saveur rappelle également celle du mangoustan, mais en plus acidulée. Son parfum est plus prononcé et très agréable en bouche. Un vrai petit bonbon !

La culture à La Réunion et l’entretien du mangoustan

Le mangoustan Lemon Drop étant originaire d’une zone tropicale, il se plaira à La Réunion dans les régions littorales et jusqu’à une altitude de 500 à 600 mètres. Il apprécie les sols bien drainés et riches en matière organique.

La plantation se fait de préférence en début de saison des pluies (notamment sur la zone allant de la Possession à Saint-Pierre), dans un endroit ensoleillé ou légèrement ombragé. L’arrosage doit être régulier, surtout pendant les périodes de sécheresse, et un paillage organique est recommandé pour maintenir l’humidité du sol et limiter la croissance des mauvaises herbes.

L’utilisation du mangoustan Lemon Drop

Le mangoustan Lemon Drop est principalement consommé frais, pour sa saveur acidulée et rafraîchissante. Il peut également être utilisé dans la préparation de desserts, de sorbets, de confitures ou de boissons. Ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires en font également un fruit aux vertus thérapeutiques intéressantes.

 

Le mangoustan Lemon Drop présente de multiples atouts. Sa culture facile, sa fructification rapide et sa saveur délicieuse en font un choix idéal pour les jardiniers et les amateurs de fruits rares à La Réunion.

Dans notre pépinière, nous vous proposons des plants généralement âgés de un à deux ans, prêts à être plantés dans vos cours ou sur vos balcons et terrasses.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !
latitudefruitiere.fr
06.92.44.94.15

 

Le jaboticaba nain, aussi beau que bon !

Categories:

 

Le jaboticaba rouge hybride, également appelé jaboticaba nain ou jaboticaba précoce, est une espèce fruitière subtropicale originaire du Brésil, plus précisément d’Amazonie. Introduite récemment à la Réunion, cette espèce a su s’acclimater sur l’île aussi bien dans les bas, sur le littoral, que jusqu’à une altitude de l’ordre de 1000 mètres. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les caractéristiques, la culture et les utilisations de cette espèce fruitière méconnue, mais prometteuse.

 

L’introduction du jaboticaba à la Réunion

Le jaboticaba rouge hybride est une espèce fruitière subtropicale originaire d’Amérique du Sud, plus précisément du Brésil. Cette espèce est issue de l’hybridation naturelle entre deux espèces de la famille des Myrtacées : le jaboticaba commun (Myrciaria cauliflora) et le jaboticaba blanc (Myrciaria aureana). Le jaboticaba rouge hybride est apprécié pour ses fruits sucrés et juteux, ainsi que pour son potentiel ornemental.

Le jaboticaba rouge hybride a été introduit récemment à la Réunion, vers la fin des années 2000, alors que l’introduction du jaboticaba classique « Sabara » remonte probablement aux années 70-80 et commence à être commun dans les jardins réunionnais. Cette espèce a su s’acclimater sur l’île aussi bien dans les bas, sur le littoral, que jusqu’à une altitude de l’ordre de 1000  mètres.

Le jaboticaba rouge hybride se distingue de son cousin le Sabara par sa précocité de mise à fruit, à qualité gustative égale. Il présente l’avantage de fructifier dès la 3e à 4e année, plusieurs fois par an, principalement pendant la saison d’été, mais également dans la période d’hiver. Alors qu’il faut compter entre 6 et 10 ans pour une première fructification chez le jaboticaba classique.

C’est une espèce naine qui convient donc parfaitement pour la culture en pot ou en petit espace.

Caractéristiques et particularités du jaboticaba rouge hybride

fruits_jaboticaba_nainLe jaboticaba est un très bel arbre ornemental.
L’espèce rouge hybride est de petite taille, pouvant atteindre 4 à 5 mètres de hauteur à l’âge adulte. Il se caractérise par son écorce lisse et brune, ainsi que par ses feuilles persistantes, opposées et ovales.
Les fleurs, petites, blanches et regroupées par quatre, apparaissent en abondance directement sur le tronc et les branches de l’arbre. Cette caractéristique des espèces dites « cauliflores » leur confère un aspect très spectaculaire lors de la floraison et de la fructification (voir encadré).
Les fruits sont des baies rondes et rouges violettes, mesurant environ 2 à 3 centimètres de diamètre. Ils sont recouverts d’une fine pellicule comestible et renferment une pulpe blanche et juteuse, ainsi que quelques petits noyaux (3 à 4 graines par fruit).

Le jaboticaba rouge hybride a la particularité de fructifier plusieurs fois par an, principalement pendant la saison d’été, mais également dans la période d’hiver. Les fruits mettent environ un mois à mûrir à partir de la nouaison. Le calibre des fruits peut varier, mais on a généralement un bon ratio de pulpe par rapport aux graines.

Cauli quoi ?

L’adjectif cauliflore caractérise les arbres ou arbustes dont les fleurs poussent directement sur le tronc. Il existe plusieurs espèces à la Réunion qui présente cette particularité : le jacque, le cacao, le bilimbi…

La culture et l’entretien du jaboticaba

Le jaboticaba rouge hybride est une espèce subtropicale, qui pousse à l’état naturel dans un climat chaud et humide. Il est sensible au gel et à la sécheresse, et a besoin d’un sol riche, bien drainé et acide (pH compris entre 5 et 6,5).

Il peut se cultiver à la Réunion sur l’ensemble de l’île, et ce, depuis le littoral jusqu’à une altitude de l’ordre de 1 000 m.

La multiplication du jaboticaba rouge hybride se fait principalement par semis, et de manière beaucoup plus marginale par bouturage, marcottage ou greffage. La plantation peut se faire à n’importe quelle période de l’année, dans un endroit ensoleillé ou mi-ombragé.

fruit_jabotica_hybride_rougeLe jaboticaba rouge hybride nécessite un arrosage régulier, mais sans excès, et un apport d’engrais organique deux fois par an. Concernant la taille, il convient d’éliminer les branches mortes ou malades, si cela est nécessaire. Nous vous conseillons également de conserver les ramifications de branches successives, jusqu’aux branches quaternaires, pour une fructification optimale. Ensuite, vous pouvez tailler les suivantes qui auraient tendance à générer trop de végétation et empêcher une floraison, et donc une fructification, optimales.

Le jaboticaba rouge hybride est relativement résistant aux maladies et aux ravageurs, mais peut être affecté par la pourriture des racines en cas d’excès d’humidité ou par les attaques de cochenilles et de pucerons. Les oiseaux (notamment les merles Maurice) constituent un ravageur notable. Un filet placé sur les arbustes permettra de protéger vos précieuses récoltes. 

Utilisation et valorisation du fruit du jaboticaba

Les fruits du jaboticaba rouge hybride ont une saveur douce et acidulée, qui se rapproche de celle des fruits rouges comme la groseille ou la mûre. Ils peuvent être consommés frais, en confiture ou en gelée, en jus ou en rhum arrangé.

Le jaboticaba rouge hybride a également un très fort potentiel ornemental, grâce à sa floraison spectaculaire en tapis blanc et à son port compact. C’est aussi un sujet particulièrement intéressant pour les amateurs de bonsaïs.

 

Pour conclure, le jaboticaba rouge hybride est une espèce fruitière subtropicale peu connue, mais prometteuse. Elle présente de nombreux avantages pour les arboriculteurs et les consommateurs. Sa culture en pot ou en petit espace, sa fructification précoce et abondante, ainsi que sa saveur douce et acidulée en font une espèce à découvrir et à valoriser.

Rendez-vous dans votre pépinière Latitude Fruitière pour découvrir cette pépite !
latitudefruitiere.fr
06.92.44.94.15